Démarche

L’indicible est essentiel.

Là où les choses échappent — ne serait-ce qu’en partie — à leur formulation, il y a une liberté, il y a une respiration.

La jouissance de l’oeil force le regard à s’appesantir. On cherche à discerner, on cherche à comprendre. Mais la peinture est un objet physique sur lequel l’esprit trébuche.

Je pars sans connaître le chemin. Je peins sans ébauche, par superposition de fines couches ou par juxtaposition de traits à main levée. Je peins principalement à l’huile, parce que cela prend du temps. Le temps nécessaire à la lente maturation des images.

Regarder prend du temps.